lundi 22 août 2011

D'ici l'on voit, les amours, la presqu'île (maquereau délicat)

La boulangerie reste fermée mais les voisins sont revenus. La librairie a installé les nouveautés de la rentrée en vitrine. Le mercredi, au marché, il y aura à nouveau la vendeuse de fruits cyclothymique dont j'aime les petites poires parfumées, les pommes replètes et le raisin croquant. Déjà les fruits de l'automne!
Pendant cet été sans bains de mer (mais la seule idée de me retrouver sur une plage bondée apaise immédiatement ce regret. Par contre, j'aimerais tellement débarquer au bord d'un lac désert entouré d'une forêt de résineux. Il y aurait un petit ponton et l'eau serait juste tiède. C'était juste comme ça en Suède au mois d'août l'an dernier, un soir par hasard, quand nous nous sommes décidés à quitter la grande route et à emprunter un chemin poussiéreux. Je portais un pull couleur carott cake, j'avais pris le maillot à fleurs et on pouvait indéfiniment s'éloigner du bord sans jamais perdre pied), il y a eu la séance de Melancholia (j'ai adoré la simple idée du fil de fer enroulé sur la branche de bois pour savoir si Melancholia s'éloigne ou pas, comme à la Renaissance) suivie d'un burger/champagne en terrasse, il y a eu son retour et les canelés parfaits qu'il a sortis de son grand sac, il y a eu des moments de désarroi immense pendant lesquels, allongée sur la couverture bleue décorée de fleurs japonaises, je me suis écroulée en fixant le plafond de mes yeux épuisés.
Lui a quand même su enchanter l'air de rien cet été immobile et concentré. Il a monté des étagères dans mon bureau et j'ai pu empiler mes livres de photos, il a trouvé un miroir de sorcière comme j'ai toujours rêvé (il adore l'idée de se voir dedans sans en être en face), il nous conduit à Tanpopo le samedi soir goûter le menu intitulé Promenade des émotions de l'été, il offre sans raison apparente un livre sur New York et surtout, il ne laisse transparaître aucune angoisse alors même que la situation est parfois critique.
Un samedi après-midi, dans une jolie boutique avec du parquet ancien très épais et de belles orchidées à côté des présentoirs à bijoux, la vendeuse nous fait respirer des bougies parfumées. Elle retourne d'un geste sec et précis chaque pot de verre sur un petit coussin en velours côtelé très fin et nous présente le fond du bougeoir. Les parfums délicats évoquent à chacun un souvenir personnel "Des petits pois que l'on vient d'écosser" "Une plage dans les Landes" "Le mimosa du jardin" "Un balcon fleuri". J'ai un peu hésité mais je ne regrette pas d'avoir choisi Freesia. Je n'aime rien tant que les grands bouquets de fleurs blanches.


Une recette aussi rapide que le temps que vous aurez pris à lire ce si court billet, une recette éprouvée par Camille, qui n'est pas sans aimer les choses désuètes, je crois. Une recette parfaite pour les retours de marché, radio forcément allumée dans la cuisine dont vous aurez ouvert la fenêtre en grand.

Le maquereau laqué comme une anguille unagiPour 2 personnes

-2 maquereaux dont vous aurez levé les filets
-0,5dL de sauce soja
-1 CS de vinaigre de riz
-1CS de sucre

Faire bouillir le soja, le sucre et le vinaigre jusqu'à ce que le mélange réduise de moitié. Laisser refroidir.
Lever les filets ou se concentrer sur la radio (ah, la voix disparue de Maurice Garrel) si c'est déjà fait.
Faire mariner une demi-heure le poisson dans la préparation désormais refroidie.
Griller les filets une minute à feu vif côté chair puis une minute côté peau, hors du feu.
Servir avec du riz (cuit à la vapeur, c'est impératif!), quelques rondelles de concombre, une tasse de genmaïcha brûlant et le sourire.

Dans les évènements notables de la semaine, on va dire qu'il y a Les bien-aimés (j'ai envie d'aller voir l'avant-première demain mais ça ne serait pas sérieux du tout) et la fin de la rédaction de la thèse (aussi impérative que la vapeur pour le riz, d'où l'hésitation pour l'avant-première).

Edit du 22 août à 23h59: je n'aurais jamais dû sacrifier deux heures de travail aux Bien-aimés. Je crois que je n'aime plus beaucoup Christophe Honoré. Ca fait tout bizarre!

Libellés : ,

45 Comments:

Blogger L'affreuse said...

Ah "les bien-aimés"!... nous avons été super déçus de le louper en dernier film français.
A part ça, il a l'air drôlement dodu le maquereau.

22 août 2011 05:45  
Blogger Ananim said...

bonne rentree patoumi
l'air de rentree des classes me parait etre celui d'un autre temps tant il fait chaud la ou je suis.
et puis l'air n'est pas aussi delicat, il sent la tension, l'angoisse et la politique a la veille d'un mois de septembre qui s'annonce mouvemente.
profitez bien de l'air de cette fin d'ete.

22 août 2011 09:01  
Anonymous MaRong said...

Ce matin, dans le métro, je rêvais de poisson, et je me demandais comment j'allais cuisiner les filets de maquereau achetés pour accueillir ma colocataire, pour lui montrer que ce sera bien de vivre ensemble et que je lui cuisinerai des trucs chouettes pendant l'année. Maintenant, je sais. Merci !

22 août 2011 09:30  
Anonymous Marjane said...

Ces deux billets qui parlent de non vacances ont la douce façon de me ramener aux miennes. J'aime ton rêve de vacance j'ai souvent le même, je n'ai pas encore pu le réaliser, même si pour moi pas de plages bondées. Melancholia est mon prochain film à voir. J'aime les bougies parfumées j'ai mes habitudes et l'été c'est la fleur d'oranger qui me rappelle tant de souvenirs. J'ai bien envie de tester ce maquereau qui à l'air délicieux.

22 août 2011 10:28  
Blogger gwendoline said...

Les souvenirs personnels rappelés à chacun par les parfums délicats ressemblent à des titres de nouvelles que pourrait écrire le père du chanteur que tu aimes bien... Ah, c'est trop bête, son nom m'échappe !!!! Tu sais, ce chanteur brun, ténébreux que tu vas souvent voir en concert... !!!!! Tu vois qui ?!!!!

22 août 2011 13:47  
Blogger Agnès said...

mon poisson préféré... hélas, hélas, hélas, introuvable ici... je me souviens encore parfaitement de son goût... et ce texte ranime mon souvenir! bon fin d'été...

22 août 2011 21:58  
Blogger patoumi said...

L'affreuse: j'ai préféré ce dodu maquereau aux Bien-aimés! (je ne m'en remets pas, bouh!)

Ananim: plein de pensées!

MaRong: j'espère que ta future coloc est convaincue! (pour ma part, je trouve la recette redoutable)

Marjane: j'aime bien aussi la fleur d'oranger.
En fait, j'avoue un grand faible pour les bougies Diptyque. J'adore la typo désuète et élégante.

Gwendoline: non, je vois pas du tout de qui tu veux parler. Ah ah ah.

Agnès: j'aurai une pensée vers le Mexique à chaque fois que j'en mangerai!

23 août 2011 00:11  
Blogger Agnès said...

mince, j'ai failli t'écrire "n'y vas pas" et puis je me suis dis "de quoi je me mêle" (pour les Bien-aimés)

23 août 2011 06:09  
Blogger sylvie said...

oserai-je le dire (ici), le maquereau m'a semblé toujours bien plus délicat que Christophe Honoré ! Merci pour la recette.

23 août 2011 11:50  
Blogger Julia* said...

J'ai envie d'un lac et d'une forêt moi aussi... l'été suédois me manque tellement ! Peut-être que tes filets de maquereau apaiseraient ce mal du pays.

23 août 2011 17:25  
Anonymous BBC said...

ah oui ? les bien aimés ? à ce point ? hum ... je me tâte, c'était mon programme de ce soir ....
sinon merci pour ce billet pas si court que ça, je l'ai patiemment gardé de côté dans l'attente d'un moment propice à sa lecture... je n'ai pas été déçue ! comme je ne le suis jamais

24 août 2011 18:06  
Anonymous patoumi said...

Agnès: ce qui m'a le plus désolée, c'était les citations (Truffaut, Demy, Bunuel) qui rendaient les choses encore plus pathétiques parce qu'elles ne tenaient pas du tout la comparaison. La première partie surtout, était absolument pourrie. Et toute la salle riait grassement. Ah! Un super mauvais souvenir. Il ne faudra plus hésiter à dire ton avis!

Sylvie: ce qui est terrible, c'est que j'aime beaucoup "Les chansons d'amour"...

Julia: il y a trois endroits où je voudrai revenir absolument, NY, Venise et la Suède! J'ai la nostalgie des petits loopis de bord de route, et des petits déjeuners, et de la nature!

BBC: bon, tu sais, ce n'est que mon petit avis! Le cinéma, c'est mystérieux comme je l'avais déjà dit sur un film où tout le monde n'était pas d'accord :)
N'hésite pas à me donner ton avis!

24 août 2011 19:41  
Anonymous gracianne said...

Ne regrette pas le plages bondees, la mer etait si froide cette annee qu'il fallait de grosses vagues pour oser s'y tremper. Quand cette these sera derriere toi, tu pourras profiter de tout ca sans culpabilite, l'esprit libre - et tu l'auras bien merite.
Cette recette me plait pour la seconde fois, j'ai failli emporter les ingredients en vacances (et oublie) - le plat aussi me plait beaucoup.
Bon courage pour la suite. Bientot fini?

26 août 2011 09:54  
Blogger M'Zèle Divine said...

Et se rattraper mercredi prochain de ta déception des Bien-aimés avec La guerre est déclarée qui s'annonce déjà, à l'aune de mon désiromètre comme un des films français de l'année, à l'instar de l'Apollonide (sortie également en septembre).

M'zèle Divine (ex-Mabel)

26 août 2011 19:45  
Anonymous patoumi said...

Gracianne: des grosses vagues? Alors je regrette encore moins. Je suis une affreuse froussarde dans l'eau, du coup, dans le pays basque, je barbote avec les enfants (voire les bébés, ahem) jusqu'à ce que G. insiste pour que je m'avance et, euh, j'ai un peu du mal! Mais le pays basque me manque quand même! Surtout le petit bar où on boit un verre en grignotant des tapas près des halles, à Biarritz! Sûre que le maquereau te plaira!

M'zèle Divine: bah après toutes ces déceptions, je tempère mon impatience quant au cinéma et je regarde des vieux Bergman + Wes Anderson + Rohmer (en plus j'ai un petit peu du mal avec V. Donzelli. Mais j'ai une amie qui a vu le film en avant-première et qui a adoré)

27 août 2011 00:02  
Anonymous Caroline said...

Un titre bashungien que celui de ce billet, je trouve! Bonne fin d'été, j'entre pour ma part avec soulagement dans le printemps, même si je n'aime pas cette saison, mais l'hiver a été si long...Plein de courage pour cette thèse que vous finissez et que je n'aurai pour ma part jamais la force de commencer.

27 août 2011 01:53  
Blogger M'Zèle Divine said...

Je n'ai pas été vraiment convaincu non plus par la Reine des pommes, imaginaire séduisant mais mise en scène trop référencée et artificielle in fine. Par contre, j'aime beaucoup la fin à NY, débarrassée de son carcan français "hommage à", qui offre des scènes plus personnelles.
La guerre est déclarée semble poursuivre une veine patchwork/références. Mais je connais des personnes plutôt tièdes à l'égard de la reine des pommes, qui l'ont vu, ont vraiment aimé et sont parvenues à exacerber mon désir.Donc wait and see et bon week-end.

27 août 2011 08:47  
Blogger avis said...

coucou patoumi
ta recette de maquereau, je me la garde dans un petit coin ( pas évident le poisson frais et bon ici :( )et comme pas de permis, je te dis pas pour en ramener en bus avec la chaleur :(
les biens aimés, ma mère et ma soeur ont aimé donc je crois que j'irai quand même le voir et je te dirai ce que j'en ai pensé
je lis un petit roman bien sympathiques chez phébus : "jeunes femmes en uniforme".
je t’envoie des bonnes ondes pour ta thèse.
bises
manuela

27 août 2011 20:51  
Anonymous Camille said...

Chère P., tout aussi amoureuse du suranné que des maquereaux, je suis ravie (tellement) que cette recette aux instructions lilliputiennes ait voyagé jusqu'à Rennes et égayé tes journées studieuses.
Je suis aussi allée au cinéma pour voir les Bien-Aimés*, qui n'a réussi qu'à me donner un cafard monstre, sans pour autant éveiller d'autre sentiment, sans rien bouleverser. je n'ai pas trouvé de cohérence, mais continue d'admirer la beauté surréelle de Chiara M.

* il faut dire que je n'ai découvert Christophe Honoré que très récemment, et grâce à toi. J'ai regardé lors d'un dimanche pluvieux à 9 h de décalage horaire Les chansons d'amour, et j'ai aimé. (bon, sans tes jolis mots pour le dire, mais le film m'avait vraiment touchée).
(donc je n'avais pas d'attente précise pour le nouveau, et le cinéma de Boulogne sur mer, avec ses blocks busters en VF, ne me laissait pas un choix dithyrambique)

Bon courage pour les derniers mots, je t'espère un peu de temps libre juste après.

27 août 2011 22:57  
Anonymous patoumi said...

J'ai vu un film formidable ce soir! J'aimerais avoir le temps d'en parler...

Mabel: je crois que je suis gênée qu'ils s'appellent Roméo et Juliette! (c'est idiot de ma part, certes)

Caroline: c'est drôle parce que j'écoute beaucoup Bashung en ce moment, mais le titre est une parole d'une chanson de Vincent Delerm que j'adore. Il décrit à la fille qu'il aime la ville où il a vécu avant elle, il y a par exemple une phrase qui dit "D'ici l'on voit, une fête qui se termine/ les antennes sur les toits/ dans la nuits les usines", j'aime cette idée de fête terminée. En concert, il y avait la projection d'images un peu tristes de la ville en question, le soir qui tombe, la pierre mouillée. C'est quelque chose que je ressens très fort aussi.
Sinon, je trouve qu'il n'y a pas vraiment de mérite à finir sa thèse quand on fait des études de médecine parce que c'est un passage obligé!

Manuela: mince pour le maquereau, j'espère que tu auras quand même l'occasion d'essayer la recette! Pour les Bien-Aimés, tu as raison, mieux vaut aller se faire son opinion soi-même!
Merci, mille mercis, pour les encouragements, les pensées!

Camille: cette recette est désormais un classique. J'adore lire ta traduction anglaise. Merci!
La première partie des Bien-Aimés était la plus difficile à supporter pour moi, après il y a Chiara, c'est vrai (c'est la plus belle avec Jeanne B. et Delphine Seyrig, of course). J'ai été un peu ecoeurée par certains procédés de C. Honoré, quelle dommage! (et Louis, argh, super décevant)
J'en suis aux derniers mots, c'est assez angoissant de constater que l'ensemble est branlant et pas terrible sous le vernis.

28 août 2011 01:15  
Anonymous Riane said...

C'est étonnant, on billet sent la fin de l'été. Tu sais, ces quelques jours paisibles où l'on savoure encore plus le plaisir de ne rien faire, mais un rien plein de beaux et bons petits détails...
(Je n'ai trouvé personne pour aller voir Melancholia avec moi et je n'aime voir les films seule que à Lyon... Trop de temps de trajet, ici. L'idée de devoir prendre le train me détruit le plaisir du film)

29 août 2011 15:55  
Blogger avis said...

alors, c'est quel film qui t'as fait une si bonne impression? "mode curieuse on"

29 août 2011 21:00  
Anonymous patoumi said...

Riane: mince pour Melancholia! Je comprends parfaitement ta réticence liée au trajet, cela avait été une condition indispensable quand nous avons cherché un appartement (outre celle d'avoir chacun un bureau aussi minuscule soit-il -la bonne surprise ayant été qu'ils soient de taille tout à fait raisonnable), il fallait pouvoir aller au cinéma à pieds! Bon, Rennes est une ville toute petite aussi...
Même si je suis restée ici, je ressens, c'est vrai, l'effet de la rentrée! Ca me fait bizarre aussi, parce que c'est le dernier été d'étudiante...

Avis: je vais essayer de prendre du temps cette semaine pour en parler!

30 août 2011 00:26  
Anonymous Hélène said...

Ce soir sur Arte il y a my Blueberry Nights! Je penserai à toi sans aucun doute!
J'espère que tu vas bien, nous ne sommes pas partis non plus cet été, mais j'ai énormément cuisiné et ça fait beaucoup de bien!
La maison est toute bien installée :-)
Je t'embrasse, courage pour la dernière ligne droite Dr Patoumi!

30 août 2011 12:49  
Anonymous Riane said...

J'avoue que cela me fait d'autant plus bizarre que je ne sais pas si , oui ou non, ce sera mon dernier été d'étudiante...A un an de la fin de mes licences, je ne cesse toujours pas d'hésiter sur l'an prochain...
Mais je penserais à ce critère lors de mon futur déménagement!

30 août 2011 13:52  
Anonymous Pralines et canelés said...

Le passage sur les bougies m'a amusé, la vendeuse a les mêmes gestes dans la boutique où j'achète les miennes à Bordeaux.

30 août 2011 16:01  
Anonymous Séverine said...

Courage, Patoumi, pour le bouclage de cette thèse. Je suis sûre qu'elle sera bien mieux que ce que vous pensez. Il est parfois tellement difficile de rester objective lorsqu'on s'évalue.
Ah! Le dernier été en tant qu'étudiante!!! Je connais et c'est aussi grisant et excitant que terriblement effrayant. Entrer dans une vie d'adulte avec un travail et des responsabilités liés à ça, ça a quelque chose de terrifiant tout de même. Enfin, je l'avais ressenti comme ça et je m'en souviens comme si c'était hier. Pourtant, ça fait déjà quelques années, maintenant!
J'ai aussi adoré la branche et le fil de fer dans ''Melancholia'', l'idée est si chouette. Mais je ne sais toujours pas si j'ai aimé ou pas ce film. Peut-être qu'un deuxième visionnage m'aidera à me faire une opinion plus tranchée. Mais disons que la fin de ce film met en avant une peur à laquelle je suis très réceptive, je dois dire. J'ai beaucoup aimé aussi le duo d'actrices et certains plans du film, toutes ces références à la peinture.
Je suis très curieuse aussi et j'ai hâte de savoir quel est ce film qui vous a tant enchanté... En ce moment, j'essaye de parfaire ma culture cinématographique fort pauvre (si pauvre que parfois, j'en ai honte) et je suis en train de découvrir Woody Allen que j'aime beaucoup (je me faisais vraiment une bien fausse idée de son cinéma, par exemple). Hier soir, j'ai regardé ''Alice'' et j'ai vraiment adoré ce film, la prestation de Mia Farrow. Je l'ai trouvé excellente (il n'y a pas longtemps, elle m'avait affreusement déçue dans une adaptation de Gatsby le magnifique (avec Robert Redford) ou elle était juste imbuvable en Daisy Buchanan). J'ai aimé les touches de fantastique qui viennent émailler le récit, et l'obscur herboriste-acupuncteur chinois. Bref, j'ai passé une belle soirée. Parfois, il n'y a rien de bien compliqué pour être bien.

30 août 2011 22:14  
Anonymous patoumi said...

Suis épuisée par cette thèse qui n'en finit pas!
Ai résisté à tout achat impulsif compensatoire! (mais à mon avis, pas pour très longtemps...)

Hélène: je suis contente de vous savoir bien installés! Ca fait toujours bizarre les premiers jours dans une nouvelle maison, tu ne trouves pas? J'adore ces moments tâtonnants où l'on accroche les premiers trucs au mur...
Le film t'a plu?

Riane: c'est assez terrible à dire mais j'adore les études (peut-être pas spécialement celles de médecine, ahem), j'aime cette ambiance d'apprentissage permanent. Et j'aime aussi le statut d'étudiant même si l'on a pas mal de responsabilités quand on est interne. Bon, du coup, je me demande ce que tu vas décider...

Praline et canelés: pfff, oui après tout c'est une marque très courante donc soumise à la standardisation... Qu'est-ce que tu aimes comme parfum?

Séverine: whaou, le long commentaire! Merci.
Il n'y a pas de culture ciné pauvre! On est toujours riche des filsm qu'on a déjà vus et qu'on chérit!
Mia Farrow est super aussi dans Hannah et ses soeurs!
Vous avez tout à fait résumer mon ressenti par rapport à Melancholia, mais je trouve que c'est l'un des aspects très positifs du film, le fait qu'on ait envie de le revoir. Il y a des Lars van Trier que je déteste (Dancer in the dark en tête de liste) et d'autres que j'aime beaucoup comme Dogville ou Breaking the waves. C'est un cinéaste à la fois touchant et très inquiétant je trouve!
J'aime bien aussi votre façon de parler du fait d'être bien. C'est une sensation que je n'ai pas trop en ce moment parce qu'il y a toujours un fond d'angoisse thésistique!

31 août 2011 00:41  
Anonymous Riane said...

... Ben au moins il y a une personne qui comprend ma difficulté. Pour tout te dire j'ai formé le projet de continuer à étudier et passer des licences toute ma vie. Il y en a 7 prévues. Au moins.
J'ai résolu (pour le moment, j'arrête pas de changer d'avis) le problème de la manière suivante: après mes licences (pas les 7, les 2 en cours) je tente des concours pour des écoles. Si j'échoue, je pars en pâtisserie. C'est pour ça que ma fin d'année risque d'être très rock'n roll.
Mais j'aime pas l'idée de laisser une telle part de hasard dans mon choix... Je ne choisis pas vraiment, en fait.

31 août 2011 18:38  
Anonymous clémence said...

Des petits pois qu'on écosse, c'est doux comme tout.

1 septembre 2011 15:09  
Anonymous Coissou said...

Euh, désolé de vous sortir de vos commentaires déçus sur Christophe mais, comment dire, le vinaigre de riz, tu en utilises du blanc ou du noir ?
Pour trancher vos débats, un Pedro vaut mieux que l'addition d'un Christophe et d'un Lars, surtout en 2011.

2 septembre 2011 12:08  
Anonymous patoumi said...

Riane: j'ai mis du temps à comprendre que choisir n'impliquait pas forcément de renoncer, que c'était aussi construire. J'étais tellement obnubilée par le choix de mes études que j'avais écrit une lettre à Axel Kahn, directement à l'INSERM, pour lui développer ma théorie du choix et vérifier que je ne me trompais pas trop. J'avais reçu une super réponse manuscrite!
En tout cas, je t'admire!

Camille: c'est l'une de mes occupations culinaires préférées.

Coissou: alors c'est pas pour faire tout le temps ma boudeuse mais Pedro et moi, on n'est pas copain-copain. Il faudrait que je vous parle DU film de la semaine, mille fois mieux que Christophe et Lars réunis (oui les amis!)
Et pour le vinaigre: blanc!

2 septembre 2011 23:39  
Anonymous Séverine said...

Je jetterai un œil à Dogville bien que Nicole Kidman ne soit pas franchement ma tasse de thé (et puis, il a l'air d'un film spécial avec notamment cette absence de décors). Je suis curieuse. Plus je repense à Melancholia et plus j'ai l'impression de l'avoir quand même vraiment bien aimé au final.
Je note Hannah et ses soeurs. De Woody, j'essaye vainement de voir Scoop depuis quelques soirs mais je m'endors à chaque fois avant la fin. C'est assez incroyable. Et c'est pas à cause du film, car il a l'air vraiment bien. Et puis, j'aime bien quand Woody joue les acteurs.
Avec Scarlett Johansson, j'ai beaucoup aimé Lost In Translation, vu il y a quelques soirs et qui m'a beaucoup touché. Je l'ai trouvé lumineuse et si belle. L'histoire est vraiment chouette aussi, particulièrement la fin. Et Tokyo... Ah! Tokyo! Bref, un très, très bon film, après un Virgin Suicides que j'adore et un Marie-Antoinette, que j'ai trouvé bien sympathique mais assez bizarre. Me reste plus que Somewhere, dont j'ai lu tout et son contraire. Il me semble que vous l'avez plutôt apprécié...
Sinon, j'avais bien aimé La piel que habito. Je ne connais pas Almodovar, j'avais surtout été voir ce film parce qu'il me rappelait un vieux film français excellent de Georges Franju avec Pierre Brasseur : Les yeux sans visage (si vous avez l'occasion de le voir, je vous le conseille) et ça a été plutôt une bonne surprise au final.
Et ce matin, j'ai vu La guerre est déclarée et je l'ai trouvé mignon et touchant. Il m'a quand même bien fichu le cafard bien que le propos du film soit quand même très positif. Bref, un bon petit film (quoique je le vois plus comme un documentaire) sans prétention, mais pas un chef d’œuvre comme on le dit. Enfin, ce n'est que mon avis...
Bon ben voilà, je n'ai fait que parler de films encore une fois... Quand même je me demande quel est ce film qui est mieux que Christophe et Lars réunis...

4 septembre 2011 17:51  
Anonymous Anonyme said...

bonsoir patoumi, j'aimerais bien en savoir plus ce ce fil de fer enroulé autour d'une branche, comme à la Renaissance, pardonne moi mon innocence et puis je n'ais pas vu Melancholia. Zazie (si tu aimes bien Moretti, habemus papam est très bien)

4 septembre 2011 19:24  
Anonymous patoumi said...

J'ai un billet quasi prêt mais il y a trop de trucs super angoissants en ce moment pour que je le termine tout de suite :/

Séverine: waouh! J'adore ce rythme de visionnage! Mon prochain billet donne des indices sur ce film mystérieux... Vous savez pour Woody Allen, il y en a qui sont vraiment pas terribles (ils sont peu nombreux mais quand même!)

Zazie: le meiux, ce serait de voir Melancholia car c'est l'une des chouettes trouvailles esthétiques du film je trouve. J'aime bien Moretti, surtout "Journal intime", mon préféré, je vais essayer de ne pas manquer "Habemus Papam", merci de ton avis!

5 septembre 2011 01:39  
Anonymous Anonyme said...

merci patoumi pour ta gentille réponse. j'irais voir melancholia et j'aurais une pensée pour toi. Cela fait si longteùps que je viens de lire, j'apprécie la délicatesse de tes articles, grace à toi j'ai découvert Valérie Mréjean, philippe delherm entre autres, de bien jolies émotions pour lesquelles je te dis merci. Zazie

5 septembre 2011 14:27  
Anonymous Hélène said...

Le film m'a REplu! Je l'avais regardé immédiatement après avoir lu le post où tu en parlais!
L'adaptation a la nouvelle maison a été finalement assez difficile, plus le fait de ne pas partir, finalement je suis contente que la rentrée soit arrivée, et nous prenons enfin nos marques et la vie reprend son cours, ouf!
J'espère que tu vas bien,
Bises!

6 septembre 2011 16:28  
Anonymous Séverine said...

Bien, alors, j'espère que ces trucs angoissants ne le seront pas trop longtemps pour que vous puissiez retrouver un peu de paix... Pour le billet, on a le temps.
Pour le rythme de visionnage, je crois que ça va se tasser durant les 2-3 semaines qui viennent car mes soirées vont être écourtées. Je dois me lever très tôt pour le travail et donc idéalement m'endormir tôt le soir (ah!ah!) et du coup, mes soirées à enchaîner plusieurs films, c'est fini.
Je préfère lire dans ces cas-là. J'ai toujours préféré lire à n'importe quoi d'autre d'ailleurs... Ça me manque terriblement quand j'ai l'impression de ne pas avoir assez lu dans une journée, je peux limite être agressive lors de panne de lectures comme ça m'arrive de temps en temps. C'est incroyable ce rapport à la lecture que j'ai. J'en ai viscéralement besoin.
Mais ces derniers temps, j'avais très envie de cinéma. Déjà en début d'année, je m'étais promis de voir plus de films que ce que je voyais habituellement. Une crise aiguë de nostalgie m'a fait revoir plusieurs classiques américains découvert avec ma grand-mère, quand j'étais au lycée et que je n'avais pas cours l'après-midi mais que je devais attendre mon bus qui passait en fin d'après-midi pour rentrer dans mon petit village. Elle faisait systématiquement un gâteau, qui cuisait pendant le film puis tout juste le film fini et le gâteau à peine refroidi, on le mangeait avec une petite tasse de thé et on parlait du film vu. Ce sont de bons souvenirs et ces après-midi là sont parmi les meilleurs de ma vie. Ah! Ça me manque.
Bonne soirée Patoumi. Et à G. aussi.

6 septembre 2011 22:33  
Blogger patoumi said...

Zazie: merci de me lire, toujours.

Hélène: je comprends très bien ce que tu ressens! Même si le nouvel appartement était très beau, les habitudes n'étaient plus les mêmes et je regrettais un peu certains aspects de l'ancien appart. Et puis, finalement, comme tu le dis, on trouve ses marques et on n'a plus de regrets devant ce qu'on a gagné en faisant ce choix là!
Je suis aussi un peu triste de ne pas être partie cet été et si contente que la rentrée soit arrivée! (bon, tout ce long com pour dire qu'on est sur la même longueur d'ondes...)

Séverine: argh, je m'aperçois que les temps derniers, il y a des jours où je n'ai jamais rien lu...
Le souvenir mamie-ciné-gâteau est très très chouette, ça me fait rêver!
Plein de courage pour le travail!

7 septembre 2011 00:17  
Anonymous Léa said...

Au retour du marché de ce samedi, j’ai fait les maquereaux laqués (au jus de citron à défaut de vinaigre de riz), avec leur riz vapeur, nous avons réellement adoré… merci beaucoup pour cette recette aussi simple que belle, je la referai sans aucun doute.

17 septembre 2011 23:05  
Anonymous patoumi said...

Léa: merci pour le retour! J'ai refait la recette souvent aussi cet été...

18 septembre 2011 19:27  
Anonymous Camille said...

La recette marche aussi avec du thazard si tu en trouves.
J'ai la chance d'une certaine candeur, encore, qui m'a permis de passer à côté des références que tu cites dans un de tes commentaires (Truffaut/Demy/Bunuel). Je suis tout à fait d'accord, il y a un avant et un après Chiara, dans le film (critique réchauffée s'il en est, mais Les Bien-Aimés animent encore quelques salles parisiennes)

22 septembre 2011 19:41  
Anonymous Garance said...

j'ai fait cette recette en 2010 et c'est une de mes préférées !

http://www.lescuisinesdegarance.com/2010/03/saba-like-unagi-le-maquereau-laque-la.html

23 septembre 2011 09:49  
Blogger Agnèslamexicaine said...

j'ai une hallucination? ton dernier post a disparu, non? (nos vies parfaites comme un film)

27 septembre 2011 16:24  
Blogger Couisine Marocaine said...

Bonjour,je viens de parcourir votre blog,j'ai beaucoup aimé....Je suis tombée sur votre blog il y a quelques mois (en cherchant, justement, la "vraie" recette Et tous ces plats ,vous en avez des recettes !!!!!!! bonne journée la recette que j'ai ne me satisfait pas ,je suis très preneuse !! merci par avance
j'ais déjà traité un site comme ca
recette creme anglaise
recette patisserie
recette quiche lorraine
recette couscous
Couscous recipe
Recette Thermomix
Recette cookies
Recette crepe
gateau au yaourt
Recette moelleux au chocolat
Dessert rapide
Recette tiramisu
Recette paella
Recette punch
Recette pancakes
Recette crumble
Je viens de tester ta recette, elle est parfaite. Je vais bientôt la publier sur mon blog !! :) Merci pour cette super recette.

15 juillet 2014 16:48  

Enregistrer un commentaire

<< Home