mercredi 16 février 2011

Lettre à Lu. ou Le goût du snobisme (à défaut de partager un gâteau au chocolat)

Mademoiselle,
Merci infiniment pour votre télégramme.
Comme l'ASSA n'existe encore que par les incursions qu'elle se fraie dans les conversations de salon, j'ai été très émue d'apprendre que vous éprouviez de l'intérêt à son égard.
Ce projet, aux contours un peu flous bien que plusieurs jeunes gens modernes se soient montrés déterminés à les rendre plus concrets, est destiné à distinguer humblement les nécessités d'un snobisme qui se respecte.
Il est évidemment indispensable de garder à l'esprit qu'un snob reste une personne terriblement frivole, sensible à des esthétiques discutables et aux sous-titres hongrois, proie de choix pour le marchand malin qui se réclame de la série limitée et de l'art contemporain. Le snob ne craint jamais le ridicule, n'est pas à une contradiction près et manie avec sensibilité le second degré!
Vous trouverez ci-joint les conditions requises pour faire partie de l'ASSA, cette liste pouvant encore être soumise à plusieurs remaniements. Je serais évidemment honorée de prendre connaissance de vos suggestions.
Je me tiens à votre disposition pour toute information complémentaire,
Bien à vous,
Snoboumi

PS: on m'a dit que vous aviez une soeur assez snob si l'on en croit la mosaïque du carrelage de son hall d'entrée, peut-être serait elle également intéressée par l'ASSA? Je compte sur vous pour lui évoquer son existence.
Conditions requises pour l'inscription à l'Association des Snobs qui S'Assûment
Quatre à cinq conditions sont considérées comme suffisantes (pour l'instant)
*élire les rythmiques Agnès b. à élastique doré comme chaussures d'intérieur préférées
*chaque matin, verser une grande rasade de lait de jument dans son granola (home-made)
*appeler Mama Shelter, Mamie Shelter
*disposer d'une filiale secrète pour avoir du pain Poujauran à domicile (et ne tolérer, pour le tartiner, que du beurre Bordier)
*cuisiner un coucou de Rennes en écoutant Olivier Messiaen
*partir à Buenos Aires assister à des conférences lacaniennes
*dans ses livres de cuisine fétiches, citer
Alice Toklas ou Bernard Faucon
*porter des collants Falke et des chaussettes
Tabio*appeler son levain Paul Dedalus
*refuser d'aller voir Black Swan parce qu'un film que tout le monde va voir ne peut pas être un BON film
*partir à New-York se faire coiffer chez
Bumble & Bumble
*se parfumer avec
L'ombre dans l'eau
*attendre avec impatience la sortie DVD de l'intégrale Jean Eustache (qu'on regardera sur grand écran grâce à un vidéo-projecteur personnel)
*aimer Jerzy Skolimovski
*faire des soirées Abécédaire de Deleuze
*reprendre à son compte cette sentence des Amours imaginaires: "C'est pas parce que c'est vintage que c'est beau" (surtout quand on s'apprête à acheter une grande robe jaune fluo imprimée de flamants roses géants)
*dormir dans des tee-shirts APC vintage
*retapisser les tiroirs de commodes crevées avec du papier Silver Pins de chez
Little Greene
*mettre ses K.Jacques à la poubelle pour commander des
Rondini
*ranger ses chaussures dans des boîtes Bookbinders grises et, pour retrouver celles qu'on cherche, se fier au polaroïd apposé sur chaque boîte
et puis évidemment, il faut aimer Beckett.

Que prépare toute snob qui se respecte pour son amoureux qui rentre à minuit passé d'un endroit qu'elle doit tenir secret?
Un gâteau au chocolat graphique qu'elle resservira le lendemain matin parce que le bocal de granola home made est déjà vide, arrosé d'un
sencha haru de chez Jugetsudo, histoire de changer du lait de jument.

Libellés :

34 Comments:

Anonymous V. said...

Voilà qui donne envie de faire partie de l' Assa ! Bon , j'ignore encore l'existence de certaines marques citées ci-dessus mais je crois pouvoir y remédier assez rapidement !
une question : peut-on faire partie de l'Assa quand on est déjà une fervente supportice du mouvement Chap ? :)

17 février 2011 07:57  
Blogger Ananim said...

C'est juste trop drole !

17 février 2011 08:12  
Anonymous S. said...

Mademoiselle, (chère) futur-Présidente (?),

Je viens de découvrir avec un ravissement teinté d'effroi cette ébauche de statut de votre futur association et souhaitait, par la présente réponse, m'en expliquer.

Ravissement d'abord car, enfin !, ce statut de snob va avoir une existence "légale" ou, pour le moins, officielle.

Effroi pourtant, car il me semble distiller certaines allusions à des personnes de mon entourage. En effet, et de façon plus précise, je crois déceler une allusion à une ancienne habitante du 7 Tour Vercors, logement dont je fus également un occupant... Et je comprends alors mieux cette "soudaine" envie de papier peint anglais, qui nous fit courir (nous avons, pour l'heure, échappé au snobisme ultime consistant à investir dans de vieux vélos rouillés très onéreux "mais tellement vintage") chez notre receleur le plus proche le week-end dernier pour nous enquérir d'échantillons du précieux papier (qui arriverons par la voie postale d'ici une quinzaine, vous comprenez, il faut le Leur demander, Là-bas), alors qu'il eût été si simple et économique d'utiliser quelques litres (que dis-je, grammes tout au plus) d'essence pour aller nous entasser au Saint-Maclou le plus proche, comme la plupart de nos concitoyens-tapissiers du dimanche. J'en ressors, je vous dois bien cette confession, rasséréné.

Si je puis, enfin, me permettre une remarque et une proposition :

Pour la remarque, et comme mentionné précédemment, la possession d'un vélo-rouillé me semble avoir vocation à figurer parmi les critères que vous évoquez pour appartenir à votre Cercle (le terme d'association fait également un peu vulgaire, ne trouvez-vous point ?) ?

Pour la proposition (et j'en terminerai ainsi, je vous rassure), que diriez-vous d'un hymne ? Je vous propose alors, en toute logique (mais peut-être est-ce trop logique pour être véritablement snob ?), un petit air de B. Vian, disponible en écoute gratuite (le snob n'est pas nécessairement riche) par ici : http://www.deezer.com/fr/#music/boris-vian/boris-vian-le-deserteur-297134

Vous me permettrez, je l'espère, de saluer à nouveau l'heureuse initiative que vous avez eue et de souhaitez, trivialement, longue vie à cette dernière,

Bien respectueusement,

S.

17 février 2011 11:47  
Anonymous clotilde said...

As-tu lu la délicieuse "Histoire du snobisme" de Frédéric Rouvillois ? Tu pourrais envisager de l'ajouter comme lecture obligatoire pour les membres de l'ASSA, histoire de s'inscrire dans une certaine filiation. C'est drôle et enthousiasmant, et en plus c'est sorti en poche au printemps dernier.

17 février 2011 14:19  
Anonymous patoumi said...

V.: le mouvenment Chap est très Assa ^^

Ananim: tant mieux car rien n'est à prendre au sérieux!

S.: ce papier peint ne vous paraît-il pas désormais absolument indispensable? Mais je comprends votre réaction car mon fiancé a trouvé exagéré de faire l'acquisition de la peinture White Tie de Farrow and Ball quand un blanc de blanc Leroy Merlin ferait tout aussi bien l'affaire (j'ai cédé, car il est très bon en dialectique)
Je retiens également la réflexion sur le Cercle mais ça fait un peu Robin Williams non?
Enfin, cette histoire de bicyclette me fait sourire puisque j'ai acheté à l'automne dans une brocante un modèle italien vintage (!) qui attend encore d'être décrassé à la cave...
Bien à vous!

Clotilde: mais oui, j'avais d'ailleurs découvert ce livre quand je l'avais aperçu sur ton blog! J'avais adoré la partie gastronomie. J'en profite pour te remercier pour Mamie Shelter!

17 février 2011 15:39  
Blogger gwendoline said...

Patoumi a raison : le cercle est déinitivement hasbeen depuis Robin Williams !
En revanche, se placer sous le signe de Leonard Michaels et ne plus dire que "club", ça c'est snobissiiiiiiiiiiiiiiiiime !!!

17 février 2011 15:52  
Blogger avis said...

j'adore le nom "snoboumi", je le trouve classe :)
ca ne fait pas le même effet avec "snobuela" ( enfin je trouve )
bises
manuela

17 février 2011 20:21  
Anonymous Camille said...

j'ai certainement dû m'arrêter à Boris V. . Ou alors je fais trop de trucs pas snobs. Ce qui est snob, dans une certaine mesure.
Cela dit, ton billet me donne envie de relire Elias & Scotson.

(PS : le titre est très chouette )

18 février 2011 09:24  
Blogger radzimire said...

Pour le gâteau, c'est bon , pour le reste , il va falloir que je bosse pour y arriver, mais si tout le monde peut être snob, où est l'intérêt?
Et j'aime beaucoup ta petite assiette rectangulaire.

18 février 2011 11:43  
Anonymous Amandine said...

S'agit-il du Belle-vue de Felder? Il me fait drôlement envie. Serait-il possible d'avoir la recette du granola snoboumiesque et ce même si on ne boit pas de lait de jument?

18 février 2011 13:51  
Blogger croukougnouche said...

Hélas : j'ai juste la ligne Rondini de ok!!
( j'en ai des super vieilles , depuis de lustres )

18 février 2011 18:11  
Anonymous patoumi said...

Gwendoline: aaaaah. Pas encore lu Leonard Michael. (ce qui me déprime c'est qu'à treize ans j'avais adoré le cercle en question)

Manuela: c'est comme ça que G. m'appelle quand je râle dans les files d'attente de cinéma quand les gens achètent du poc corn...

Camille: il me semblait que tu étais assez adepte des soirées Deleuze? J'ai pensé à toi en écrivant ça! Mais peut-être que je me trompe. E&S, on dirait une marque de... champagne? (Elias était au programme en première année de médecine!)

Radzimire: en fait je me dis que chacun a ses petits snobismes! (et cela s'est confirmé dans les mails que j'ai reçus)

Amandine: oui, c'est le Belle-Vue! Toujours léger et dense à la fois et fort en chocolat! Quelle perspicacité. Pour le grano, je recommande chaudement le petit livre de Rachel Khoo chez Marab. mais il faudrait aussi essayer la recette de Rose Bakery. Enfin, il faudrait que j'essaie, que je compare et que je poste tout ça!

Croukougnouche: ce que je trouve fou avec les Rondini c'est que si on les commande, il faut envoyer aussi un dessin de ses pieds!

18 février 2011 18:55  
Anonymous Camille said...

Il y a Deleuze et Falke, le vélo pourri et un tas d'autres choses rangées dans mes tiroirs ou mes neurones
(mais, par exemple, je suis allée voir Black Swan, j'ai bien aimé)

E&S mériteraient une longue conversation. (d'ailleurs, c'est drôle que tu aies étudié Elias, il était plutôt oublié jusqu'à peu - maintenant, on le (re)découvre - j'ai toujours aimé ses analyses de la Société de Cour)

18 février 2011 20:11  
Blogger Ester said...

Et un suaire de chez Dior, vintage, parce que les nouvelles collections, c'est tellement vulgaire que cela ne peut être snob. Et surtout, surtout, pas de carte de membre, ça fait trop carte de fidélité...

19 février 2011 00:47  
Anonymous patoumi said...

Camille: "étudié" est peut-être un peu fort. Il était à l'épreuve de résumé de texte.
Alors pour Black Swan, j'ai été obligée de reconnaître que c'est pas mal du tout, notamment d'un point de vue psychiatrique (on ne se refait pas) mais j'ai été assez insupportable dans la file d'attente d'accès à la salle (toutes les seances affichaient complet la semaine de la sortie) parce que je me souvenais qu'il n'y avait personne quand Requiem for a dream était sorti!

Ester: ah oui, il faudrait une carte d'infidélité, comme aux Cahiers de Colette! Merci aussi pour la mamie!

19 février 2011 01:26  
Anonymous Camille said...

tu as été obligée d'aller au grand cinéma vulgaire avec pop corn pour voir le film ?

je l'ai vu dans un chouette cinéma (un vrai "theater" avec moquette rouge et stuc kitschement doré, de grandes affiches de films français bien choisis dans l'entrée), et il y avait des américaines hystériques (l'une d'entre elle a dû percer une dizaine de tympans dans la salle). C'est tout de même drôle d'aller au ciné ici, les spectateurs sont hyper réactifs (outre les cris effrayés, de grands "oooohhhh" devant les baisers, quelques "hhhmmmm" inspirés lorsque Nathalie P. ôte une plume de son dos).

19 février 2011 04:14  
Blogger Gracianne said...

Je vois que j'ai du boulot - même pas admissible :)

Et quand j'parle d'amour
C'est tout nu dans la cour

19 février 2011 10:05  
Blogger the_young_dude said...

Je suis allée voir Black Swan mais j'ai détesté, c'est snob ou pas ?
Le lait de jument, ça se trouve vraiment dans le commerce ?
Je ne connais pas les moitiés des références culturelles de l'article, serais-je... une plouc ? ;-)
L'association des ploucs assumés, je veux bien la fonder celle-là. Sera-t-elle reconnue par l'ASSA ?

19 février 2011 15:53  
Anonymous patoumi said...

Camille: oui, j'ai été obligée d'affronter le grand cinéma vulgaire. Cet endroit me déprime toujours autant, même s'il passe les films en VO... Au printemps, peut-être que j'irai dans un cinéma de la côte est... J'en reparlerai!

Gracianne: le meilleur snobisme est de n'avoir aucun de ceux-là! (J'en profite pour rassurer les lecteurs: j'en ai moins même très peu dans la liste)
Et oui, Vian is the best (enfin, avec Vincent)

Pia: pour le lait de jument, je sais pas bien. Il paraît qu'il y a ça dans les épiceries bio... ça doit bien aller avec l'avoine du granola!
Sinon pour Black Swan... c'est la colle parce que je suis dégoûtée d'avoir bien aimé et aussi qu'il ait ce succès! Il y a eu ici une grande conversation sur l'éternel problème succès public/critique...
Ce qui est sûr c'est que les élucubrations psychiatriques qu'on peut lire sur le films (genre N. Portman est schizophrène ou hystérique sont FAUSSESmais c'est un peu long à expliquer!
Bonnes vacances new-yorkaises!

20 février 2011 02:09  
Anonymous clémence said...

Ah il fait bon être snob selon ta version!

20 février 2011 16:01  
Blogger Cléo said...

Je déteste le "brunch", le terme et le repas. Ainsi, je lutte pour la réintroduction du petit déjeuner tardif - beaucoup plus joli et apaisant que ce gros brunch balourd. Ce moratoire du brunch est rejeté en masse comme un de mes x snobismes. Mais je sens qu'il va bientôt être adopté!

20 février 2011 20:34  
Blogger takyuonacruz said...

Pour Eustache, c'est dead, l'ayant droit refuse de lâcher les films... Désolée...

21 février 2011 03:09  
Anonymous patoumi said...

Clémence: ah, ça c'est gentil, merci Melle Lobster!

Cléo: j'avoue que je sens que tu me bats à plate couture sur le coup du snobisme! On risque d'être insupportables ensemble non?

Takyuonacruz: tiens, vous ici? Chic! En fait j'ai lu récemment que l'ayant droit a enfin accepté que je puisse regarder La maman et la putain quand bon me semble et que la sortie de l'intégrale était prévue pour le printemps. Mais peut-être qu'il s'est rétracté? Tu en sais plus?

21 février 2011 09:22  
Blogger Cléo said...

Hihi, c'est possible, mais c'est pas dit!

21 février 2011 10:07  
Anonymous 7l'ASSAassassinevosconsciencesdeclasse said...

- relire Fitzgerald à voix haute à JFK

- Absoudre ces petits péchés mensuels au hammam (ne tolerer que les eaux florales bios) puis filer au théatre de l'Atelier (ou à l'odéon)

- rayer de son carnet tony&guy et tout miser sur B&B

- briller dans l'Uchronie avant de s'endormir (que se serait-il passer si. et repenser à resnais)

- recouvrir - effectivement - ses futures commodes volées (ou presque) à une institution publique de papier Little green

- se prélasser en Eres, parce que la qualité est économique

- juger Ubuesques le fonctionnement de pôle emploi et en rire avec Simone de Bougeoire

- jouer du Xilophone aux toilettes, parce que c'est l'endroit de la maison dans lequel l'art s'exprime le mieux

21 février 2011 14:29  
Blogger Mabel said...

A propos d'Eustache, regardez le déroulé du bandeau publicitaire ici : http://www.tamasadiffusion.com/boutique/boutika-tamasadvd/index.php

21 février 2011 17:22  
Anonymous Artsakountala said...

So delicious !

+ Ne pas porter de lunettes lorsqu'on est myope. Juste pour le flou artistique que crée la myopie, et surtout pour ne pas voir les gens qui diront "p'tain, quel(le) snob ! Il (Elle) ne m'a même pas dit bonjour" ... être snob à son insu ou plutôt, puisque le snob s'assume, savoir que l'on va paraître snob et s'en foutre, tout simplement.

21 février 2011 19:54  
Anonymous patoumi said...

Cleo: hmmmmm. Je ne portais pas un si beau manteau (snob?) quand j'ai fait un photomaton vintage avec G.... (en plus, compare un peu la snobitude de Bonton versus La Cinémathèque) (et tu regardes Rohmer en Allemand! Non mais là quand même!)

7prixuniqueaujourd'hui: tu sais que mon coiffeur T&G me faisait une mèche (lui)? Et tu n'as pas fait part d'un vernis à ongle snob? (assorti au maillot Eres) (quelle dommage de ne pas pouvoir aller au Théâtre de l'Atelier en maillot... Enfin, ça pourrait être pris pour un happening)

Mabel: je m'évanouis de bonheur *_*

Artsakountala: mais il y aussi les non-myopes qui portent quand même des lunettes (Emmanuelle Khanh)

22 février 2011 12:35  
Blogger misa said...

J'adoooooore (j'avoue tout, j'ai investi dans une bouilloire avec température réglable pour infuser mes thés juste comme il faut, mon nez ne jure que par Miller Harris ou Frederic Malle, je... C'est génant, j'arrête là)

22 février 2011 14:22  
Anonymous antoinette said...

contente de te retrouver!ton blg c'est le plus gormand-yummy de tous! jte promets que t'as des lecteurs fidèles!c'est trop chouette ce que tu nous écris!

22 février 2011 22:33  
Blogger Julia* said...

Qu'est ce que tu me fait rire Patoumi ! L'ASSA mériterait une chanson au même titre que "Tes parents" de Vincent Delerm ou "Les bobos" de Renaud ;-)
Et puis ton gâteau graphique sur cette nappe imprimée avec les deux jolies chaises derrières... cela a tout pour me plaire !

23 février 2011 14:08  
Anonymous arrosoir said...

ce que j'aime dans le snobisme et particulièrement dans celui que tu décris c'est l'art de travailler le détail qui change tout, parfaire le tableau pour pourvoir le regarder de loin et s'y reconnaitre...

24 février 2011 18:06  
Blogger patoumi said...

Misa: j'ai faillit évoquer Miller Harris!^^

Antoinette: merci!

Ju*: c'est chouette de te faire rire! (on ne me dit pas ça souvent) J'espère vraiment qu'on se croisera en Bretagne...

Arrosoir: oh! merci pour ce commentaire si délicat...

25 février 2011 00:52  
Anonymous piroulie said...

Vraiment drôle !
Par contre je dois d'urgence de mettre à la page, je ne connais pas une bonne partie des marques que tu cites !

6 juillet 2011 13:31  

Enregistrer un commentaire

<< Home