mercredi 2 novembre 2011

Martine Camillieri (et moi)

Au printemps, j'ai pris un train pour Malakoff.
Invitée à déjeuner chez Martine Camillieri, j'avais prévu de lui offrir des biscuits fourrés avec une ganache chocolat et framboise. J'avais réquisitionné pour leur transport une boîte à chapeau qui avait contenu autrefois un petit béret en tweed fabriqué en Allemagne par des filles qui avaient baptisé leur jolie marque The girl and the gorilla. Cette boîte, fermée à l'époque par un large ruban en satin gris et dont la conservation avait toujours paru douteuse surtout après deux déménagements, trouvait là une seconde vie inattendue.
En longeant les jardins fleuris de Malakoff, dont les murs sentaient régulièrement la glycine et laissaient déborder les branches indisciplinées de cerisiers prometteurs, j'avais une petite appréhension liée au sentiment, que je connais si bien, qui affleure lorsque je m'apprête à rencontrer quelqu'un que j'admire.
De Martine Camillieri, j'avais le souvenir de petites théières creusées dans des écorces de citron ou de mandarine. Le souvenir aussi de tarte en fils (de la pâte feuilletée passée au presse-ail puis recouverte de lemon curd, d'éclats d'abriots sec et d'amandes effilées), de dîner-palindrome et de hamburgers pour doudous. Les pétales d'anémones fanées se glissent entre les assiettes des invités et les lego font de jolies étagères Charlotte Perriand. Je savais que d'un geste, elle pouvait déplacer un objet de sa position de déchet à celle d'un prototype design. Grâce à elle, le quotidien perdait de son évidence et gagnait alors une poésie infinie.
Arrivée à sa porte, j'ai timidement sonné.
Dans son atelier, puis autour d'une salade ultra-verte, d'un parmesan très bon avec la marmelade d'orange maison, des petites blettes du jardin à la vapeur presque sucrées sous l'huile d'olive triée sur le volet, mon appréhension s'est dissipée. Je crois qu'elle a trouvé les biscuits pas mal!
Ce moment, précieux et si doux, s'est terminé quelques mois plus tard quand j'ai écrit un petit texte* pour accompagner la très prochaine exposition de Martine Camillieri à la Fondation Ecureuil, à Toulouse.
Si vous êtes dans les parages, le vernissage de cette installation intitulée Banalités, aura lieu le mercredi 2 novembre à partir de 18h30, et vous aurez jusqu'au 31 décembre pour venir y voir les autels éphémères de Martine Camillieri.
Ainsi, juste deux jours après avoir soutenu ma thèse, je prendrai l'avion très tôt le matin pour ne pas rater ce moment qui s'annonce gracieux.
Un merci infini à Sylvie Corroler, la directrice de la Fondation Ecureuil, pour m'avoir fait confiance, et pour tous nos échanges.
Un merci aussi à Martine Camillieri, pour sa gentillesse pétillante, et toutes les photos qu'elle m'a laissée faire chez elle.
A bientôt pour le récit de mes journées toulousaines!

*vous pouvez le lire sur le site des jolies Editions de l'Epure

Libellés :

34 Comments:

Anonymous patoumi said...

PS: la soutenance s'est super bien passée. Merci pour tout à tous!

2 novembre 2011 05:15  
Blogger gwendoline said...

yeahhhhhhh !!! (et vive la vie !)

2 novembre 2011 09:00  
Anonymous enflammee said...

Ah... Mes (pres)sentiments tombaient justes ;)
Bises

2 novembre 2011 09:14  
Anonymous noé said...

Félicitations! et bonne escapade toulousaine (j'y étais un peu ce matin par téléphone)!

2 novembre 2011 10:06  
Anonymous noé said...

oh juste... le lien des biscuits fourrés ne fonctionne pas!

2 novembre 2011 10:07  
Anonymous Marjane said...

Bravooooooo!!!!! Voilà une page qui se tourne!!

Pour Tanpopo j'aimerais beaucoup être accompagnée surtout par toi!!! ;) Dès que mon week end aura une date fixe je lance l'invitation.

Quelle chance cette aventure créative avec Martine Camillieri. Je ne serai pas vers Toulouse à ce moment mais tu nous raconteras tout!

2 novembre 2011 11:33  
Anonymous Hélène said...

Génial pour la soutenance! Tu auras ma carte à ton retour je pense, profite en bien!
Bises!

2 novembre 2011 11:42  
Anonymous Marjane said...

(J'ose abuser, pourrais tu me donner ta recette du ragout façon Nigel? Merci beaucoup)

2 novembre 2011 11:56  
Anonymous loukoum°°° said...

T'es la meilleure! :)
Profite bien de Toulouse!

2 novembre 2011 12:33  
Anonymous gracianne said...

Ah donc c'etait hier. Felicitations! tu dois te sentir tellement plus legere!

2 novembre 2011 14:08  
Blogger Agnèslamexicaine said...

Bravo Patoumi! je suis bien contente pour toi. C'est allé très vite, moi j'attends toujours une date, suis impatiente de terminer tout cela. Merci pour cette découverte de Martine Camillieri, j'adore son travail et bravo bravo pour ton texte! Tu vas le poster?

2 novembre 2011 20:01  
Anonymous Florence said...

Félicitations pour la soutenance, et bravo pour la collaboration artistique. Bientôt des textes pour V. D.?
Bises.

2 novembre 2011 23:03  
Blogger L'oeuf qui chante said...

Ton texte qui accompagne les œuvres de Martine Camillieri, c'est trop la classe !
J'adore ses livres, je me demande comment c'est chez elle (j'adore voir à quoi ressemble l'intérieur des gens que j'admire - en particulier leur bibliothèque - c'est mon petit côté voyeur).
Félicitations pour ta soutenance et bon séjour à Toulouse !

3 novembre 2011 15:52  
Anonymous gabriella said...

Je passerai demain après midi voir le travail de M Camillièri et si
tu es par hasard, encore dans la ville rose ce jour là, je te
rencontrerai avec plaisir.
Bravo pour ta thèse, tu dois te sentir toute légère !

3 novembre 2011 16:59  
Blogger avis said...

félicitation pour ta soutenance patoumi :p
grosses bises

3 novembre 2011 17:24  
Anonymous Madeliaf said...

Bravo pour tout :)

3 novembre 2011 20:26  
Anonymous Séverine said...

Je suivais votre blog et l'évolution de votre thèse de loin (trop de travail, des soucis) mais je suis ravie de lire que la soutenance s'est super bien passée. Voilà une bonne chose de faite et comme dit plus haut, vous devez vraiment vous sentir bien mieux. Profitez de vos journées à Toulouse (ville que je ne connais absolument pas, d'ailleurs) et j'ai hâte d'en lire le récit. De mon côté, je vais me renseigner sur Martine Camilleri que je ne connais absolument pas et vraisemblablement, je loupe quelque chose. Je dois dire être sous le charme de la photo illustrant votre billet, cet univers coloré me plait beaucoup. Je vais explorer le site. Bises.

3 novembre 2011 22:51  
Anonymous Séverine said...

Bouh, j'ai écorché le nom de famille de Martine Camillieri, je m'en veux...

3 novembre 2011 22:53  
Anonymous Chrystel said...

Super! Bravo pour la soutenance!!!

3 novembre 2011 23:05  
Blogger Agnèslamexicaine said...

oh Bravo pour ta soutenance! et pour ce texte! on peut le lire? OUi, tu dois te sentir légère et épuisée, non? (moi je me sens comme ça, et euphorique et pleine d'énergie!! et de paradoxes...)

4 novembre 2011 02:47  
Anonymous Camille said...

Chic pour la soutenance !
J'espère que les non-toulousains auront accès à quelques bribes d'expositions à travers tes textes.

4 novembre 2011 10:42  
Anonymous The Smell of Viennoiserie said...

Ouf ouf ouf :D

Et dis-moi, as-tu entendu ça ? : http://www.deezer.com/listen-13962592

4 novembre 2011 13:45  
Anonymous Chris said...

Rhhhoo quelle chance ! Ca a dû être une expérience formidable...je ne pourrai pas être à Toulouse mais c'est bien dommage :(

4 novembre 2011 15:03  
Anonymous patoumi said...

Suis rentrée avec plein de chouettes souvenirs! Je ne sais pas très bien comment je vais m'adapter à la reprise des activités ahem, psychiatriques, après la thèse et Martine!

Gwendoline: (je vais finir "Lézard" ce soir)

Enflammée: je ne suis pas encore remise de ce chirashi sushi!

Noé: merci pour tout! J'ai corrigé du coup!

Marjane: oui, n'hésite pas pour Tanpopo! Je vais complèter le billet sur le ragoût, c'était pas pure paresse!

Hélène: elle était sur mon bureau aujourd'hui, réceptionnée par G., très intrigué ^^. Merci pour cette attention!

Loukoum°°°: PLEIN de choses à raconter!

Gracianne: oui, c'est très bizarre comme sensation. Tu t'investis et angoisse à mort pour ce truc et puis bim, c'est passé et plus rien.

Florence: *soupir* J'aimerais tellement écrire un truc pour VD... Ou faire des photos. Bref. La soutenance s'est bien passée mais surtout, le pot après était très chouette. Il y avait plein d'infirmières des services où j'ai pu travailler, et des gens que je n'avais pas vus depuis très longtemps. Chacun est reparti avec ce qui n'avait pas été dévoré et tout était délicieux. J'étais très happy!

L'oeuf qui chante: Martine Camillieri est à l'image de ses livres! Elle est vraiment extra et je l'admire beaucoup. C'est un super honneur pour moi de l'avoir rencontrée et d'être associée à cette expo!

Gabriella: je suis désolée, je ne lisais pas mon blog à Toulouse. Martine m'a dit que vous étiez passée juste après mon départ de la galerie vendredi après-midi. Zut! Mais ce qu'elle m'a dit de vous était très touchant. Merci, vraiment.

Avis, Madeliaf, Chrystel: merci! :)

Séverine: j'espère que les choses ne sont pas trop dures pour vous. Haut les coeurs! Et que l'univers coloré de Martine vous aura plu!

Camille: ce qui est chouette c'est que ce truc qui me paraissait être une horrible torture est un très bon souvenir! Le texte sera prochainement sur le site de Martine. Sinon, bien sûr, je peux te l'envoyer.

The Smell of Viennoiserie: oui, tu traduis très bien ce que j'ai ressenti! Par contre, ce soir, mon ordi est fâché avec Deezer :-( Le suspense règne!

Chris: je ne suis pas prête d'oublier tout ça, c'est vrai! Je vais faire un petit billet là-dessus, j'espère que ça te consolera -un peu, de ne pas pouvoir venir à Toulouse.

6 novembre 2011 00:07  
Blogger Cécile said...

Bravo pour la soutenance, j'imagine assez bien ces sentiments étrangement mêlés de satisfaction, de soulagement et de "vide". Si l'on ajoute l'expo et les émotions liées, cela fait effectivement un tourbillon de choses. Mais ce sont aussi ces "pics"-là qui font l'intérêt de la vie, je crois. Je suis heureuse en tous cas pour cette rencontre et la confiance que t'a faite l'artiste, je trouve ça très chouette.
Bonne poursuite, avec ces beaux souvenirs en tête, la reprise sera peut-être plus douce.
Je t'embrasse.

6 novembre 2011 10:22  
Anonymous The Smell of Viennoiserie said...

J'ai trouvé le lien sur Youtube j'espère que ça fonctionnera mieux :) http://www.youtube.com/watch?v=NPSWUmo1m6E

7 novembre 2011 11:51  
Anonymous The Smell of Viennoiserie said...

Encore mieux, en acoustique et de la théorie à la pratique ^^ http://www.youtube.com/watch?v=NMLEHwyvB1c&feature=related

7 novembre 2011 11:53  
Blogger radzimire said...

Bravo pour toutes ces belles choses qui vous arrivent et merci de nous les faire joliment partager.

7 novembre 2011 14:00  
Anonymous patoumi said...

Cécile: merci! Je t'embrasse aussi.

The Smell of Viennoiserie: super! J'aime surtout la mise en pratique acoustique. J'ai cru qu'il allait vraiment donner la recette à la fin, j'adore quand on voit le clafoutis gonfler et dorer à travers la porte du four. Merci!

Radzimire: en fait, c'est beaucoup grâce aux lecteurs de ce blog que les choses sont arrivées, alors c'est normal de partager!

8 novembre 2011 00:14  
Blogger (les chéchés) said...

j'ai tout raté... tes derniers billets à la thèse... passée... j'arrive au soulagement, aux surprises... alors chouette! chouette pour ce moment appréhendé et bien passé, chouette pour ce petit mot (je suis sûre) divinement bien écrit (peut-on le lire, même si on ne va pas à toulouse?)... j'espère que tu as profité des ces journées là, et que tu vas bien!
(je poursuis mon rattrapage -théière citron & hamburger doudoux -merci!)

8 novembre 2011 10:21  
Blogger Julia* said...

Arrivée tardive pour moi aussi... mais je suis si contente de ces bonnes nouvelles. Félicitation Patoumi ! D'abord pour ta soutenance de thèse et puis pour ce merveilleux projet avec Martine Camillieri qui voit le jour. Hâte de lire ton texte et de découvrir tes récits toulousains pour voir la vie en rose avec toi ;-)

8 novembre 2011 21:56  
Anonymous Camille said...

(volontiers)

9 novembre 2011 22:28  
Blogger patoumi said...

Les chéchés: merci! A priori, l'univers de Martine devrait vous plaire! J'ai mis un lien vers le texte à la fin du billet.

Julia: oui, j'ai hâte d'écrire ce billet aussi mais j'avoue que mon nouveau rythme de travail est pour l'instant épuisant :( mais c'est un chouette travail :) Merci en tout cas!

Camille: le lien est à la fin du billet!

10 novembre 2011 19:42  
Anonymous enflammee said...

Hélas, le chirashi du MotchiYa, on en revient toujours pas..
Ravie d'avoir partager ce moment ensemble :)

J'ai enfin pu parler à Martine Camillieri et m'a dessinée un drôle de citron sur « le Zeste : 10 façon de... » :)

Bises

11 novembre 2011 18:22  

Enregistrer un commentaire

<< Home