mardi 20 novembre 2012

Novembre est éternel, la vie est presque belle

Les souvenirs sont des impasses
Que sans cesse on ressasse




//Photoautomat berlinois au petit matin//

Après Rose Kennedy écouté jusqu'à la lie en mode repeat l'année de sa sortie en refusant de le partager avec quiconque, impossible de m'intéresser de nouveau à Benjamin Biolay. Pourtant, allongée sur le couvre-lit froissé, la radio pas trop fort, je l'ai quand même trouvé très touchant et juste chez Laure Adler, surtout quand il explique que la chanson française s'accommode mal des mots de plus de trois syllabes et qu'il prend l'exemple de La mer ou Que reste-t-il de nos amours, deux chansons douces et simples de Trenet. J'aime aussi le moment où il raconte comme il était un mauvais violoniste puis un tromboniste qui n'aimait pas jouer fort. 

Sinon, 
j'apprends comment Lacan conceptualise les lettres d'amour dans son Séminaire malicieusement intitulé Encore…
je suis ravie de réussir à pocher un oeuf pour chacun de nos bols fumants de soba du dimanche soir
je n'oublie pas la silhouette gracieuse d'Isabelle Huppert sous son petit parapluie dans In another country. Elle a l'air de se régaler du barbecue coréen arrosé de bières géantes
j'achète des saint-jacques chaque samedi au marché, je reste épatée par la dextérité de W. à les ouvrir (nous les mangeons crues, même s'il garde un souvenir précieux des gratins de sa grand-mère. Avec de la chapelure dessus.)
je contemple le cuir souple et crémeux de ma paire de Porselli dégotée à bas prix et sans bruit
je lis les rêves de Georges Perec, j'étudie de près le journal de Sylvia Plath
j'attends avec impatience le développement de plusieurs pellicules
parfois j'ai envie de faire un poulet rôti juste pour mélanger le lendemain les restes effilochés avec du riz bien chaud, du gingembre frais râpé, le précieux jus du poulet, de la ciboulette, de la sauce soja et un trait de jus de citron
je cherche aussi des correspondances dans des amours à contre-sens
je regarde les archives INA de Bouillon de Culture
j'ai envie d'une caméra super-huit, et d'un voyage en Italie
je vais au théâtre
je lis des revues australiennes, nord-américaines, suédoises, anglaises et les Cahiers du Cinéma, encore et toujours
je bois le thé numéro 32 de Bellocq, un oolong fascinant au parfum de lait chaud
j'apprends que Anne Wiazemsky aussi avait quelques difficultés à recharger son Pentax, surtout sous l'oeil de Raoul Coutard
je vous raconterai Berlin un autre jour, autrement. J'y travaille.

Libellés : , ,

14 Comments:

Anonymous Marie said...

Je voulais que Les Cerfs Volants de Biolay soit notre danse de mariage, la version de Delerm, en concert, avec un fou-rire au milieu. Finalement, il y a eu des gigues endiablées et on réservera la douceur de Rose Kennedy pour une autre occasion. La semaine dernière, j'ai découvert la citation suivante d'Henri Michaux et je la transmets à tous les buveurs de thé que je connais : "Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage.". Depuis, j'ai l'impression que tout peut être résolu dans une tasse de thé.

20 novembre 2012 16:41  
Blogger sylvie said...

J'aime quand le parapluie d'Isabelle passe d'une scène à l'autre, je fais des gâteaux aux pommes, mais jamais de tartes pour ne pas rivaliser inutilement avec la grand-mère de f., je bois du thé vert japonais grand cru le dimanche matin, un wulong d'après-midi et d'automne les autres jours,je suis déjà allée essayer deux fois une paire de bottines vernis, je finis W. de Georges, je ne sais pas pourquoi je n'écoute pas de chansons, je fus bouleversée par Ce qu'on appel oubli, de Preljocaj, je suis jalouse de l'oeuf poché, j'aime bien ton mois de novembre.

21 novembre 2012 10:58  
Anonymous akabé said...

Vincent Delerm, du gingembre et des nouilles soba... ton mois de novembre me régale!

22 novembre 2012 15:25  
Blogger patoumi said...

Marie: je vais contempler différemment mes tasses de thé, merci à Michaux et à toi!
Le mariage (ce qu'on devine entre les lignes et dans le flou des jolies photographies) avait l'air... les mots me manquent.

Sylvie: bon alors les bottines vernies? :) Et le gâteau aux pommes, il est comment? Ma mère fait aussi une tarte au pommes, pffff, je me bats même pas.

Akabé: ah, je suis contente pour Delerm!

22 novembre 2012 23:39  
Anonymous Julie D. said...

Au mois de novembre, j'ai : appris à faire du crochet, ramassé des chanterelles (deux fois), taillé mes buis et installé des cyclamens sur mon balcon, dévoré toute une saison d'un feuilleton danois, ressorti mes santiags avec des étoiles, passé une petite semaine à Londres, et, à mon cours de yoga, bien progressé dans ma maîtrise de Sirsasana (« la posture sur la tête »)(un jour j'y arriverai)...
Maintenant j'ai envie d'écouter « Rose Kennedy » et de savoir ce que tu as vu au théâtre...
Bonne semaine Patoumi !

26 novembre 2012 14:36  
Anonymous patoumi said...

Coucou Julie! Tu as du buis et des cyclamens... Quand je pense que ma petite plante verte vient de rendre l'âme (je l'ai trop arrosée, c'est mon symptômatique truc de vouloir trop donner à manger)
J'ai vu "Contractions" que j'ai vraiment beaucoup aimé et "Ma mère musicienne" qui m'a laissée plus distante alors que j'attends toujours avec impatience les pièces mises en scène par Benjamin Lazar.
Là, je suis en train d'(essayer) écrire un article de psychanalyse mais ça n'avance pas du tout :(

26 novembre 2012 15:42  
Anonymous Julie D. said...

Oui, j'habite dans un immeuble très très laid mais qui me permet d'avoir un grand balcon, bien orienté, sur lequel je cultive (de manière tout à fait empirique!) divers plantes et fleurs ainsi que la nonchalance sur mon fauteuil Adirondack dès le retour des beaux jours... en automne, j'aime bien avoir une bruyère Erica Gracilis avec son panache constitué d'une multitude de boules rose vif et un chrysanthème très pâle. Et j'installe toujours pour l'hiver des cyclamens et de fragiles pensées.
Sinon, j'avais vu Contractions l'année dernière et j'avais bien aimé moi aussi. Et j'imagine que nous nous rejoignons également sur l'impatience d'assister à la représentation du Retour de Pinter avec Louis Garrel en mars...
J'espère que la rédaction de ton article a avancé ; moi j'ai rendez-vous chez le dentiste dans une heure... il y a des jours comme ça !

26 novembre 2012 17:23  
Anonymous patoumi said...

Julie: (j'ai trouvé le titre et écrit deux petits paragraphes ahem. J'ai dit que je ne me coucherai pas tant qu'il ne sera pas terminé parce que j'aimerais bien me consacrer à autre chose!) Oui, impatience pour mars et Pinter + Louis Garrel! Demain je vais voir Dark Dark Dark à l'Antipode.
Bon, il faudrait aussi que j'aille chez le dentiste...

26 novembre 2012 18:42  
Anonymous Sophie D. said...

Et bien les filles, je suis surprise et rassurée de lire que nous partageons les mêmes écoutes et les mêmes préoccupations dentaires . Les idées de Platon doivent voler à Rhoazon. Oui, je sais, il est tard, je fais des rimes. Pour ce qui est du Théâtre je suis allée voir Mort à Venise et j'en suis ressortie mitigée. Pour ce qui est du potentiel érogène du beau brun, tout en restant dans la même famille Honoré ( encore des bretons, gast !)je choisis plutôt que le cousin Garrel, le frère :Julien. Ou mieux encore James Thierrée.

28 novembre 2012 00:06  
Anonymous Poppilita said...

patoumi, on attend Berlin !

29 novembre 2012 14:22  
Blogger patoumi said...

Sophie D.: je crois que je ne le trouve pas "beau" en fait, peut-être "charmant" plutôt?
Peut-être nous croiserons nous toutes un des soirs du spectacle! :)

Poppilita: j'y travaille... Il faudra attendre encore... un peu.

30 novembre 2012 00:12  
Anonymous Poppilita said...

oui oui bien sur, nous sommes patients :)
en attendant bon week end !

30 novembre 2012 12:01  
Blogger Marion said...

J'ai vraiment beaucoup aimé lire ce petit billet.

24 mars 2013 22:09  
Blogger patoumi said...

Marion: je suis émue que tu me lises...

25 mars 2013 00:28  

Enregistrer un commentaire

<< Home